Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'éco-conception des emballages est un enjeu majeur... Réunir les idées pour apporter de l'innovation, des comportements respectueux et surtout une démarche responsable de la part des industriels...

06 Mar

Les comportements du « consommateur moyen » face au réchauffement climatique.

Publié par eco-conception-packaging

En sommes-nous toujours à douter du réchauffement climatique ou pas ? A l'heure où les ouragans incroyables et improbables se succèdent, quand les inondations se répètent, qu'il neige en Afrique mais plus en Belgique et que les tempêtes détruisent nos côtes maritimes...


Il semble de plus en plus acquis que toutes ces perturbations climatiques soient réellement dues aux activités humaines. Mais qu'en est-il des responsabilités du monde du packaging ?

 

Si l'on regarde les produits emballés consommés quotidiennement pas le « consommateur moyen1 », tels que les aliments et les boissons, les chaussures et les vêtements, le tabac et les produits de nettoyage..., c-à-d. les produits appelés en anglais « consumer packaged goods », il apparaît que de nombreux producteurs ont déjà investi dans des emballages plus respectueux de l'environnement ! Mais sans de réels retours sur investissements venant de la part des consommateurs.

 

Pourquoi ? Car le « consommateur moyen » ne semble toujours pas prêt à se sacrifier pour la lutte contre le réchauffement climatique mais reste  prioritairement concerné par le prix, la performance et l'utilisation...

 

Pourtant les entreprises sont conscientes de l'intérêt des emballages éco-conçus. D'abord pour paraître plus responsables que la concurrence et ensuite parce que, in fine, un emballage éco-conçu diminue les coûts, car il est nettement mieux étudié sur l'entièreté du cycle de vie (réduction du poids, des volumes, des suremballages...).

 

Comment convaincre le « consommateur moyen » de privilégier un emballage durable ? Certainement en augmentant la sensibilisation à la problématique du réchauffement climatique, un vaste débat entre les sceptiques et les convaincus relancé à chaque nouveau phénomène météorologique extraordinaire. Imaginons une réelle prise de conscience ! Le consommateur, lors de ses achats regarderait sur l'emballage tout autant l'impact environnemental du produit que l'étiquetage nutritionnel ou la composition... Les produits les plus impactants seraient relégués derrière les plus respectueux entraînant un renforcement ou au contraire un affaiblissement de la marque.

 

ile déchetsMais prenons, par exemple, les emballages en plastique, critiqués depuis longue date car utilisateurs de ressources fossiles non renouvelables qui terminent leur vie comme déchets dans les décharges, traînent dans la nature ou occasionnent même de monstreuses îles de plastiques2 au coeur des océans !

 

Ils sont clairement identifiés comme non-respectueux de l'environnement. Et pourtant le consommateur ne continue-t-il pas à acheter quantité de produits emballés dans du plastique ? Parce qu'il reste avantageux à de nombreux points de vue fonctionnels de praticité, légèreté, transparence, stabilité, résistance, mise en œuvre, perméabilité, etc.

 

Que faire dans ces conditions ? Par exemple, encore alléger, ou utiliser des plastiques recyclés et recyclables. Mais à la seule et unique condition que les nouveaux emballages apportent les mêmes performances que les précédents. C'est donc aux entreprises à informer le consommateur et à démontrer que les changements apportés à l'emballage sont bénéfiques pour l’environnement tout en améliorant encore la qualité. Ou que l'utilisation de bio-plastiques (bio-sourcés ou compostables) sont désormais avantageux et donc à préférer ?

 

Mais pour le démontrer et convaincre le « consommateur moyen », il va falloir le prouver ! Et donc continuer à développer la recherche en bio-matériaux, à améliorer les technologies et les possibilités du recyclage (tous matériaux confondus, verre, carton, complexe, métal...) et d'investir sérieusement dans une approche sérieuse et méthodique d'écopackaging, dans le principe du berceau au berceau.

 

Mais, reprenons les termes utilisés par la Cour de Justice de l’Union Européenne dont la jurisprudence s'impose aux juges nationaux : « Le consommateur moyen communautaire est une personne critique, consciente et circonspecte de son marché. Il ou elle peut s’informer sur le prix ou la qualité des produits afin de faire un choix rationnel. Néanmoins, ce consommateur moyen a besoin de protection même s’il est toujours en position d’acquérir des informations disponibles et agir judicieusement en fonction de ces dernières. »

 

Logo Eco Packaging NouveauNous terminons cet article par un conseil judicieux. Afin d'aller dans le sens de la loi et profiter de sa démarche durable, l'entreprise doit au mieux communiquer sur sa stratégie d'éco-conception et expliquer clairement les raisons de ses choix d'emballages...

 

Ainsi, le consommateur saura faire ses achats judicieusement !

 

Pascal Léonard,Ing Conseil & Emballagiste

#ecopackaging #packaging

Les références :

 

1 Un consommateur moyen normalement informé et raisonnablement attentif et avisé.

2 Un gigantesque "continent" de déchets se forme dans le Pacifique Nord

 

Sources :

 

Commenter cet article

À propos

L'éco-conception des emballages est un enjeu majeur... Réunir les idées pour apporter de l'innovation, des comportements respectueux et surtout une démarche responsable de la part des industriels...